Résumé clinique
Il s'agit d'une patiente de 66 ans qui présente une rhizarthrose bi latérale prédominante à gauche sans arthrose péri trapézienne associée.
L'intervention proposée est la mise en place d'une prothèse trapézo-métacarpienne semi-contrainte.
Autour du chirurgien - Espace IBODE
Une erreur s'est produite, merci de réessayer
L'élément a été correctement ajouté
Une erreur s'est produite, merci de réessayer
Le texte a été correctement sauvegardé
Le texte a été correctement supprimé
L'ordre des textes a été correctement mis à jour
Le statut de publication du texte a été correctement mis à jour
    Une erreur s'est produite, merci de réessayer
    Le document a été correctement sauvegardé
    Le document a été correctement supprimé
    L'ordre des documents a été correctement mis à jour
    Le statut de publication du document a été correctement mis à jour

    Documents

      Une erreur s'est produite, merci de réessayer
      L'image a été correctement sauvegardée
      L'image a été correctement supprimée
      L'ordre des images a été correctement mis à jour
      Le statut de publication de l'image a été correctement mis à jour

      Images

        Commentaires 
        Fonctionnalité réservée aux abonnés
        13/05/2012, 10:25
        Quelques TRUCS ET ASTUCES pour la mise en place de la prothèse ISIS

        Comment mettre le garrot ?
        Garrot : 250 si TA < 15 - 280 si TA > 15
        Vider le membre par surélévation au moins 3 mn … Presser le membre de distal en proximal en chassant le sang et finir par mettre le doigt sur le V veineux au pli du coude avant de gonfler le garrot. Si la patiente a très mal au garrot au moment de son gonflement, préférer la mise en place d’un garrot stérile à l’avant bras plutôt que de laisser endormir le patient (pas d’AG devant un garrot douloureux)

        En cas de voie dorsale comment éviter les ennuis avec les nerfs ?
        Afin d’éviter les complications iatrogènes sur les branches sensitives du nerf radial il est préférable de ne pas les isoler sur lac en les laissant dans leur atmosphère cellulo graisseuse. C’est en se fixant comme cible le court extenseur du pouce que l’on « plonge » vers lui sans vouloir voir et isoler les nerfs. C’est quand nous avons voulu isoler ces branches que les ennuis sont survenus.

        Comment ouvrir l’articulation ?
        On peut réaliser une capsulotomie horizontale en écartant le court extenseur alternativement d’un côté et de l’autre; Cependant certains préfèrent lever un lambeau capsulo périosté à base proximale permettant d’avoir un accès plus large à l’articulation.
        Ce lambeau n’a pas forcément à être réinséré en fin d’intervention puisque la prothèse est auto stable. Il est important de pouvoir avec cet implant auto stable de savoir bien dégager les bords latéraux du métacarpien afin de faciliter aussi l’accès au trapèze.

        Combien doit on réséquer d’os au niveau de la base du métacarpien ?
        Il s’agit de réséquer 4 à 5 mm de base du métacarpien en étant le plus possible perpendiculaire à l’axe diaphysaire. Il est conseillé de réséquer à la demande par une coupe légèrement oblique le bec palmaire afin d’éviter des effets « câme» en opposition
        Plus on résèque, plus l’accès au trapèze et son travail sont facilités … Plus on résèque (7, 8 mm) plus on risque être exposé à la nécessité de mettre un col plus long afin d’éviter un trop fort raccourcissemen t de la colonne; Comme l’implant est autostable, là encore, cela n’est pas grave d’avoir du piston au point d’extraire la tête prothétique …

        Quel est le point d’entrée idéal de la pointe carrée et des râpes métacarpiennes
        Plus on est centré mieux ce sera …
        Naturellement la pénétration des râpes va « « dorsaliser » la position future de l’implant
        Il faut donc partir le plus central possible, le travail des râpes emmenant progressivement la partie horizontale des râpes sous la corticale dorsale.
        Partir plutôt « dorsal » que central risque de fragiliser cette corticale dorsale.
        La planification préopératoire aura permis de déceler des géodes intra métacarpiennes
        qui peuvent gêner la réalisation du point d’entrée idéal.
        En cas de sensation « d’inadéquation » (« je pourrai mettre plus gros », râpe plus petite que ne le voudrait le métacarpien, …) un contrôle sous amplificateur de brillance est plus que conseillé

        Le trapèze est très usé et très creusé : puis je toujours mettre la prothèse ?
        En cas de trapèze usé, l’important est de vérifier que la profondeur du trapèze dépasse 6,5 mm, dimensions de la prothèse sans ciment. C’est cette profondeur qu’un scanner pourra évaluer de façon pertinente, alors que les 2 autres dimensions sont accessibles par la vision per opératoire. C’est l’incidence de Kapandji de face à l’amplificateur de brillance en per opératoire qui renseignera en dernier lieu cette dimension.
        Si le trapèze est très creusé il est possible et recommandé de couper les cornes afin que sa préparation au centre se fasse sur un fond plat ; en effet le passage des fraises sur une surface très creuse expose à la fracture. Enfin la recoupe des cornes permettra d’éviter un effet câme, qu’un col long peut aussi éviter.
        Informations sur l'intervention
        Durée:05:51 Mise à jour:12/10/2014
        Gestes techniques de l'intervention
        Mots-clés